Les raisons pour lesquelles écrire un roman est un réel plaisir

Tiens, pourquoi je vous parle de ça ?

Peut être parce qu’on en parle jamais assez mais je trouve toujours intéressant de savoir ce qui anime les personnes qui réalisent, écrivent, conçoivent quelque chose. Bref, le pourquoi de la chose.

Comme je souhaite faire publier mon livre, je lis beaucoup d’articles sur les façons de faire,  la manière de mettre en avant son roman pour le faire découvrir, … et l’autre jour, je suis tombé sur un article qui recommandait de parler du plaisir ressenti à l’écriture de son livre.

Et c’est là que j’ai réalisé que j’étais passé à côté de ça ! J’ai rédigé un post »De l’écriture à l’auto-édition » qui parle de ce qui m’a amené à écrire et d’où me vient cette passion mais je pense que j’ai omis certains détails dans celui-ci tellement importants qu’il m’a jugé bon d’en écrire un nouveau plutôt que de compléter l’ancien.

Lire ce sujet sur le net m’a replongé quelques années en arrière. Je me suis revu dans le bus avec mon carnet Moleskine en main, le remplissant d’idées brouillonnes et parfois précipitées. Je me suis revu passer des journées entières devant mon PC à noircir des pages entières de scènes ou de dialogues. Et là, j’imagine que pour la personne qui n’aime pas écrire ou lire, mettre autant de temps à une passion telle que celle-ci peut sembler incompréhensible. Certains diront que c’est beaucoup mieux de jouer à la console où l’action est sans cesse au rendez-vous ou bien de pratiquer une activité sportive pour se défouler. A ceux là, je répondrai tout d’abord que l’un ne va pas sans l’autre. En effet, bien que passionné pour l’écrit, j’ai une autre addiction qui est celle des flippers (et oui quelle surprise 🙂 ! ), hobby qui peut aussi me prendre beaucoup de temps. Enfin, je répondrai aussi (et j’arrive enfin au thème du sujet) qu’écrire n’a rien d’ennuyeux au contraire car écrire ce livre a été une super expérience pour moi car j’ai pu faire de ce livre un terrain de jeu où je me suis amusé à tenter plein de choses, à repousser mes limites ou encore à me défouler complètement sur certains passages.

Ce roman a été une réelle addiction. Tout d’abord ça a été un challenge. Je ne me suis lancé avec une histoire en poche, quelques personnages et une trame écrite pour remplir cinquante pages. Les premières pages écrites, j’ai été assez content de moi mais je savais que j’allais manquer de carburant (ou d’idées) à un moment donné. Qu’est-ce qui ferait que le lecteur aurait envie de me lire si je suis à bout de souffle côté scénario ?. J’ai alors songé alors que le livre devrait tout d’abord me plaire dans sa totalité et qu’à aucun moment, je ne devrai écrire pour écrire. La principale raison de ce projet était tout d’abord de me faire plaisir. Si je n’avais aucune inspiration, je n’écrivais pas et si je me relisais et que je trouvais la scène moyenne, je recommençai tout jusqu’à ce que cela me convienne. C’est à ce prix que je savais que j’arriverai jusqu’au bout.

La vie de Maria et de ses amis me plaisaient alors grâce à cette condition. Les personnages ont évolué comme je souhaitais les faire progresser et plus j’avançais, plus je me rendais compte que j’aurai du mal à m’arrêter à cinquante pages …! Des personnages comme Julie, Tiphaine ou encore Fanny qui ne devaient avoir qu’une histoire secondaire ont commencé à s’émanciper malgré moi et j’ai du leur inventer leur propre histoire. Cependant, tout s’imbriquait bien et aux scènes que j’avais imaginé avant de commencer à écrire, s’en sont ajoutées d’autres  et le carburant d’idées a (presque) toujours coulé à flots. Alors pourquoi avoir mis des années à écrire ce roman ? Tout d’abord, parce qu’écrire plusieurs centaines de pages prend du temps (surtout quand on a un emploi et qu’on écrit pendant son temps libre) et qu’ensuite, même si on a l’idée, il faut savoir la coucher sur papier. Certaines scènes très dures (pas de spoil, je vous rassure!) ou d’amour n’ont pas été faciles à rédiger. J’ai souvent du m’y reprendre à plusieurs fois, repasser les scènes dans ma tête pour le souci du détail. Comme je savais qu’il ne fallait pas que je me rate sur ces passages, j’y ai passé beaucoup de temps car il fallait que ce soit marquant, choquant. Je me suis efforcé d’apporter une intensité au scénario, une ambiance, un bien ou un mal être pour le rendre un maximum vivant et réaliste. Aujourd’hui, je suis content quand les personnes qui ont lu mon livre me rappellent certains passages en me disant qu’elles les ont marqué. Je me dis alors que j’ai réussi mon pari.

Hormis les moment très durs, je ne voulais pas non plus que les passages entre deux scènes importantes soient du « remplissage ». J’ai alors à chaque fois essayé de transformer ce que j’écrivais pour le rendre plaisant un maximum. Cela a été autant amusant pour moi car cela a été un terrain de jeu infini. J’ai adoré inventer des sensations, des poèmes, des couleurs, entremêler des scènes avec d’autres pour donner plus de rythme. Je ne me suis jamais ennuyé en écrivant. Pour moi, contrairement à un jeu vidéo, l’histoire d’un roman commence par une page blanche où de ce point de départ, tout est possible, tout peut prendre vie ou mourir et c’est ça qui me plait cet univers.

Chez moi, j’ai une console que je n’allume jamais car quand je commence un jeu, je m’en lasse très vite. Je n’arrive pas à intégrer complètement le scénario. Par contre, j’adore créer un univers moi même dans mes histoires, je me trouve totalement libre et c’est ça qui me plait.

Pour finir, je veux juste m’adresser une fois encore aux personnes qui désirent écrire une histoire mais qui n’osent pas le faire. J’ai envie de vous dire qu’il est important de se lancer car malgré ce qu’on croit, écrire est un réel plaisir, un véritable « défouloir ». Certes, cela prend du temps mais tout prend du temps dès l’instant où on souhaite que ce soit  bien fait. Mes dimanches après-midi où je suis resté chez moi à écrire ne sont pas pour moi du temps perdu mais des « moments de jeu, de créativité, de recherche » et je le ferai encore, tellement ce projet m’a apporté beaucoup. Alors, un seul conseil, lancez-vous et racontez-moi votre expérience ! Vous verrez, vous allez adorer 😉

 

 

2 commentaires sur “Les raisons pour lesquelles écrire un roman est un réel plaisir

    1. Bonjour Jocelyne, merci beaucoup pour ton message. J’ai essayé de décrire le mieux possible ce que m’avait apporté l’écriture de ce roman.
      Bonne journée a toi aussi , Ludovic

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s